Dans la bulle de Faustine…

Ça me rappelle le jour où je suis tombée amoureuse de lui. Il essuie rapidement sa chemise de la main. Et puis au lieu de faire quelque chose de romantique, il m’ébouriffe les cheveux comme si j’étais sa petite sœur. Je n’ai pas d’expérience avec les garçons, mais dans les séries, ce genre de mouvement n’est vraiment pas bon signe.” p37

Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je suis appuyée dos à la porte. J’ai le souffle court et mon coeur bat à une vitesse anormale. Doucement, je me laisse glisser le long de la porte. Lorsque je suis assise par terre, les larmes roulent malgré moi sur mes joues.” p92

Je sais aussi – pour l’expérimenter chaque jour – que la vraie vie est bien plus passionnante que les rêves et les fantasmes. Si on accepte de ressentir toutes les émotions qui la composent : qu’elles soient agréables ou non.” p230